Religionslandschaft Schweiz

L’appartenance religieuse
de la population suisse

un pays plurireligieux

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizLa pluralité religieuse et l’augmentation des personnes sans confession

Les données actuelles ne changent en rien les principaux développements qui influencent et modifient le paysage religieux de la Suisse depuis plusieurs décennies déjà. La position dominante des deux grandes Eglises continue lentement mais régulièrement à s’éroder, tandis que le nombre de personnes sans confession a de nouveau augmenté de manière significative. La pluralité religieuse a elle aussi progressé en Suisse

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizLégère augmentation de la pluralité religieuse

La pluralité religieuse a continué à progresser en Suisse durant la dernière décennie. En 2017, environ 13% de la population appartenaient à une autre communauté religieuse ou confession autre que les deux grandes Eglises, contre juste 9% en l’an 2000. La part des musulmans a légèrement augmenté depuis l’an 2000 et ils constituent la plus importante communauté religieuse derrière les deux confessions principales. 5.4% de la population se déclare appartenir à une communauté islamique. La part des plus petites Eglises chrétiennes a elle aussi augmenté (5.9%).

Graphique 1.34: Population résidante permanente âgée de 15 ans ou plus selon l’appartenance religieuse depuis 1910

Remarque : (1) De 1900 à 1960, la catégorie “Evangélique réformé (protestant)” comprend également les membres de communautés chrétiennes particulières. Dès 1970, elle ne comprend que l’Eglise réformée reconnue de droit public. (2) 1910-1920 : y compris l’église catholique-chrétienne. (3) Dès 1960, la catégorie “Autres communautés chrétiennes” comprend l’église catholique-chrétienne, les églises chrétiennes-orthodoxes ainsi que les autres églises évangéliques, telles que les églises méthodistes, les églises néo-apostoliques, etc. (4) Les “Communautés islamiques”, “Sans appartenance religieuse” et “Sans indication” ne sont distingués des “Autres Eglises et communautés religieuses” que depuis 1960.
Puis: Les données de 1970 à 2000 ont été harmonisées avec le relevé structurel dès 2010 ; la population considérée est la population résidante permanente, c’est-à-dire établi en Suisse depuis 12 mois au moins, âgée de 15 ans révolus ou plus et vivant en ménage privé. Les diplomates, fonctionnaires internationaux et les membres de leur famille ne sont pas pris en compte. 

Tableau 1.1: Population résidante (1970–2000) et population résidante de 15 ans ou plus (2011–2017) selon l’appartenance religieuse en pourcents

L'apparence religieuse19701980199020002011201220132014201520162017
Eglise catholique romaine49.447.646.241.838.438.23837.937.336.535.9
Eglise évangélique réformée46.443.938.53327.826.926.125.524.924.523.8
Autres communautés chrétiennes22.33.54.45.65.75.85.75.85.95.9
Communautés juives0.30.30.30.30.30.30.20.20.20.30.3
Communautés islamiques0.30.92.24.34.94.95.15.15.15.25.4
Autres communautés religieuses0.10.20.40.81.21.31.31.31.41.41.4
Sans confession1.13.87.411.120.621.422.22323.924.926
Religion / confession inconnue0.41.11.54.31.21.31.31.21.31.31.4
Remarque: Source: Recensements fédéraux de la population jusqu'à l'année 2000, relevé structurel depuis l'année 2010, OFS

L’Eglise catholique en Suisse
relativement stable

 

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizL’Eglise catholique reste stable

Depuis l’an 2000, l’Eglise catholique romaine a perdu des membres, cepandant l’Eglise évangélique réformée a perdu des membres en plus grande quantitée. Que le nombre de membres de l’Eglise catholique romaine soit resté globalement assez stable, qu’il ait même légèrement augmenté dans certains cantons étonne peut-être au premier abord. Cela s’ex-plique d’abord par la forte immigration qu’a connue la Suisse durant la dernière décennie, en plus grande quantité.

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizMixité confessionnelle croissante dans les cantons

La mixité confessionnelle s’est aussi étendue dans les cantons au cours de la dernière décennie du fait de la migration entre Etats et au sein du pays. Dans les cantons traditionnellement catholiques de Suisse centrale, Tessin, Appenzell Rhodes-Intérieures, Fribourg, Valais et Jura, l’empreinte confessionnelle reste certes clairement reconnaissable. Dans le même temps toutefois, la part de l’Eglise catholique dans ces cantons ruraux a plus nettement reculé.

Tableau 1.2: Population résidante catholique romaine selons les cantons (1970–2017)

Canton19701980199020002011201220132014201520162017
Appenzell AI1245811630118751188894931013799049666952093059661
Appenzell AR1355313670163381630713635139911406813354130531275212720
Argovie215632210976224836219800183049184917182002184917182717181459180123
Bâle-Campagne9207590633896088303466394659756723366089664326264961952
Bâle-Ville9564072301507054680231244316573026331304281832918526975
Berne160074148505161802153357132340130055137074137354135249132976134680
Fribourg154677154161169363170069146999148351150445152193154231154038154587
Genève177067178208181206163197128673128669126453129821127591125332123710
Glaris1672715786158821424612001115201139211818119281066110949
Grisons8580384003861488724572064720477203771283756957162772083
Jura5647654313537465109239890406784115541646406174181341047
Lucerne246888244066255106248545205972206978204879207774206702206909202698
Neuchâtel6491957256596835125734959350033483933486343733164131437
Nidwald2313024638271012813223944242712437323862239742455324188
Obwald2338223815255322599222037221152247522115225102231321710
Schaffhouse2327719253195161779014821146881536715947152451539816012
Schwyz8408784285899779286880688796067923479173795407808879127
Soleure13237011978711785010626381371764727832579071802807656876300
St-Gall244625239223247885236733188923191583190854191739188894189491185994
Tessin220313231653235669233023196060199956201384204321202463200714196376
Thurgovie7963375296820448154168378710937161272507729397181671353
Uri3173230843304802984623795240692370323950235822370324043
Valais196082203041221169221146198650200291202169203587203768201097199094
Vaud184914188520228133215401181218187280190278191977191850192594188110
Zoug5484057189605626187350776526145191253172513655279152374
Zurich406280397018410105380440324844322234328967333663330740331174327112
Suisse30966543030069317232130478872532217254460225623962585788257344325506472524414
Remarque: le dernier recensement ne s’adresse plus qu’aux personnes âgées de 15 ans et plus. Les chiffres de 2011 reflètent cependant toute la population (y c. les personnes de moins de 15 ans). Pour obtenir ces chiffres globaux, les données des enquêtes dans la population résidante permanente ont été extraites et extrapolées sur la base de la part de catholiques dans la population suisse. Cela donne une projection du nombre de catholiques en chiffres absolus, qui doit être considérée avec prudence. En effet, les chiffres tendent probablement à être un peu trop élevés, les catholiques étant sous-représentés dans la population de moins de 15 ans, comme le montrent les données de l’année 2000 (voir tableau 1.1). Source: Recensements fédéraux de la population, OFS

Graphique 1.1: Proportion de catholiques dans la population résidante (1970) et dans la population résidante de 15 ans et plus (2011 et 2015-2017)

Carte 1.1: Proportion de catholiques dans la population résidante de 15 ans et plus (2017) en %

Source: Relevé structurel 2017, OFS

L’Eglise évangélique
réformée

subie une pression
plus forte

 

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizL’Eglise évangélique réforméea perdu des membres

L’Eglise catholique romaine a plus profité de cet afflux que l’Eglise évangélique réformée qui, elle, a perdu des membres, en chiffres absolus. Aujourd’hui, seul le canton de Berne est encore nettement réformé, avec une part de près de 52%. Les protestants constituent toujours le groupe confessionnel le plus important, avec des parts de plus de 34%, dans les cantons d’Appenzell Rhodes-Extérieures et Schaffhouse. Ils ont beaucoup perdu en importance dans les cantons romands, où ils constituent moins que le cinquième de la population.

Graphique 1.2: Proportion de protestants dans la population résidante (1970) et dans la population résidante de 15 ans et plus (2011 et  2015-2017)

Carte 1.2: Proportion de protestants dans la population résidante de 15 ans et plus (2017) en %

Source: Relevé structurel 2017, OFS

Les personnes sans
confession

le nombre a doublé

 

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizLe nombre de personnes sans confession a doublé

Le nombre de personnes n’appartenant à aucune communauté religieuse a, lui, fortement augmenté au cours de la dernière décennie. La part de personnes sans confession atteint aujourd’hui 23,9%. On observe de fortes disparités géographiques. Ainsi, dans les cantons de Bâle-Ville (49,6%) et Neuchâtel (44.8%), les personnes sans confession constituent déjà clairement le groupe de population le plus grand.

Graphique 1.3: Proportion de personnes sans confession dans la population résidante (1970) et dans la population résidante de 15 ans et plus (2011 et 2015-2017)

Remarque: il n’y a pas de données représentatives pour le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures pour l’année 2011.

Carte 1.3: Proportion de personnes sans confession dans la population résidante de 15 ans et plus (2017) en %

Source: Relevé structurel 2017, OFS

Graphique 1.33: L’appartenance religieuse dans la population résidante de 15 ans et plus (2017) en %

Source: Relevé structurel 2017, OFS

Les régions linguistiques
des différences significatives

 

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizLes régions linguistiques – des differences observables

En Suisse germanophone, les personnes sans confession sont un peu moin nombreux qu’ en Suisse francophone. En Suisse francophone, plus qu’une personne sur quatre est sans confession. La Suisse italophone est façonnée par la religion catholique.

 

 

Graphique 1.4: Appartenance religieuse de la population résidante de 15 ans ou plus en 2017, selon les régions linguistiques, en pourcents

 

Cinque grandes villes de la Suisse
façonnées par les personnes
sans confession

 

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizL’urbanisation et l’augmentation des personnes sans confession constituent un ensemble

En général, plus un canton est urbain, plus ses habitants se déclarent sans confession. Leur part est supérieure à 30% dans les cinq plus grandes villes suisses; à Genève, à Lausanne, à Zurich et à Bâle, ils constituent déjà le groupe de population le plus important. Les protestants ont pratiquement perdu leur position, traditionnellement forte, dans les grandes villes au cours des dernières décennies. Berne constitue ici une exception, puisque les protestants y sont toujours le groupe le plus important.

Graphique 1.5: Appartenance religieuse de la population des cinq plus grandes villes de Suisse (population résidante en 1970 ; population résidante de 15 ans ou plus en 2010 et en 2015-2017)

Zurich

 

Berne

 

Bâle

 

Lausanne

 

Genève

 

Source: Recensements fédéraux de la population jusqu’à l’année 2000, relevé structurel depuis l’année 2010, OFS

Les naissances et marriages
Les changements sont évidents

 

Die Veränderung der Religionslandschaft der SchweizLes naissances et marriages – Les changements sont évidents

L’évolution de l’appartenance religieuse des mères de nouveau-nés et des gens qui se marient montre également à quel point le paysage religieux de la Suisse a changé au cours des 40 dernières années. Si en 1970, presque toutes les mères de nouveau-nés étaient soit protestantes, soit catholiques, ce n’est le cas que pour quelque deux tiers des naissances de 2011. Près de 12% des mères de nouveau-nés sont musulmanes, ce qui illustre bien la structure d’âge relativement jeune de cette population. Ces dates existent jusqu’à l’année 2012.

Graphique 1.6: Naissances vivantes selon l’appartenance religieuse de la mère (1970–2012)

 

Remarque: les naissances sans appartenance religieuse connue de la mère ne sont pas prises en compte, ce qui est le cas pour presque 11% des naissances en 2012. Parmi les mères protestantes, sont comptabilisées non seulement les membres des Eglises protestantes dans les cantons mais aussi les membres d’autres Eglises issues de la Réforme. L’appartenance à l’islam n’est comptabilisée que depuis le milieu des années 1990. Auparavant, les mères musulmanes étaient prises en compte dans la catégorie « autre religion ». Ces dates existent jusqu’à l’année 2012. Source: OFS.

Graphique 1.7: Personnes contractant mariage selon l’appartenance religieuse (1972–2012)

 

Remarque: les futurs mariés dont l’appartenance religieuse n’est pas connue ne sont pas pris en compte, ce qui était le cas de près de 12% des futurs mariés en 2012. Parmi les futurs mariés protestants, sont comptabilisés non seulement les membres des Eglises protestantes dans les cantons mais aussi les membres d’autres Eglises issues de la Réforme. L’appartenance à l’islam n’est comptabilisée que depuis le milieu des années 1990. Auparavant, les conjoints musulmans étaient pris en compte dans la catégorie « autre religion ». Ces dates existent jusqu’à l’année 2012. Source: OFS

».