Migrationshintergrund

Appartenance religieuse
et statut migratoire

 

Religionszugehörigkeit und MigrationshintergrundCe sont des personnes de religion chrétienne qui constituent la plus grande partie des immigrants en Suisse

Dans les débats et discussions publics, on oublie souvent que la plus grande partie des personnes migrant en Suisse appartient à une Église chrétienne, soit plus de la moitié des personnes issues de la migration. La plus grande partie est catholique romaine, alors que env. 9% est réformée. Plus d’un quart se déclare sans confession, un bon huitième est musulman et près d’un dixième appartient à une autre communauté chrétienne.

Religionszugehörigkeit und MigrationshintergrundSans statut migratoire : les deux grandes Églises dominent

Les personnes sans contexte migratoire présentent une tout autre image : les trois quarts d’entre elles sont de confession chrétienne, les parts constituées par les deux grandes Églises étant à peu près identiques, dont 36,5% sont catholiques romains, 35,7% évangéliques réformés et 3,9% d’une autre confession chrétienne. Les communautés religieuses non chrétiennes ne sont pratiquement pas représentées ici (moins de 1%). Les personnes sans confession représentent un cinquième de l’ensemble de la population.

Religionszugehörigkeit und MigrationshintergrundAppartenance religieuse et statut migratoire : des différences selon le pays d’origine

Des différences frappantes se dessinent lorsque l’on répartit les ressortissants étrangers selon leur pays d’origine. Ainsi un citoyen sur deux des pays de l’AELE et de l’UE en Suisse est catholique, un troisième est sans confession. Seulement 1,3% est musulman. L’image des ressortissants des pays européens non AELE/UE est complètement différente : près de 60% d’entre eux est musulmane (en particulier les ressortissants de Turquie, Albanie, Kosovo et Bosnie). 19% appartiennent à une autre Eglise chrétienne (en particulier orthodoxe et évangélique). Les citoyens de pays non européens sont pour le plus grand groupe sans confession (26%), puis catholiques (17,6%). Parmi les ressortissants de ces pays, les membres d’autres communautés religieuses sont surreprésentés (17,1%, hindouistes et bouddhistes surtout), de même que les musulmans (19.8%).

Graphique 1.21: Composition de la population résidante de 15 ans ou plus en 2016 selon l’appartenance religieuse, en pourcents

Remarque: les ressortissants turcs sont aussi pris en compte dans les ressortissants de pays européens non AELE/UE.

Appartenance religieuse
et statut migratoire

 

Religionszugehörigkeit und MigrationshintergrundLa population résidante issue de la migration et ressortissante de pays étrangers : des différences entre les deux grandes Églises

Le graphique 1.26 met en relation la part de personnes issues de la migration et le pourcentage de ressortissants étrangers des diverses communautés religieuses. Ainsi, 38,1% de la population catholique de 15 ans et plus est issue de la migration, le taux d’étrangers est 25,2%.  Cela correspond à peu près à celui de la population dans son ensemble. Du côté des protestants, seule une personne sur dix est issue de la migration et le pourcentage d’étrangers parmi les protestants est très faible (4,6%). Tout autre est la situation chez les musulmans : 97,3% des musulmans de Suisse sont issus de la migration et le pourcentage d’étrangers dans cette communauté est près des deux tiers. Entre-temps, un tiers des musulmans a cependant acquis la nationalité suisse. Il est également frappant que les personnes se déclarant sans confession soient surreprésentées parmi celles qui sont issues de la migration (44,5%).

Graphique 1.26: Appartenance religieuse de la population résidante issue de la migration et ressortissante de pays étrangers en 2016, en pourcents

Appartenance religieuse
et statut migratoire

 

Religionszugehörigkeit und MigrationshintergrundLes personnes catholiques issues de la migration : des différences cantonales

L’Eglise catholique n’est pas touchée de la même façon par la migration dans toutes les régions du pays (graphique 1.27). Dans les cantons de Genève, Vaud, Schaffhouse, Bâle-Ville, Neuchâtel et Zurich, les catholiques issus de la migration sont en majorité. Ils sont également fortement représentés à Berne, en Thurgovie et au Tessin. Dans les cantons traditionnellement catholiques de Suisse centrale mais aussi dans le Jura ou dans les cantons du Valais, de Fribourg, et Soleure, moins d’un quart des catholiques est issu de la migration.

Graphique 1.27: Part des personnes de 15 ans et plus, issues de la migration et ressortissantes d’un pays étranger dans la population résidante catholique en 2016 selon les cantons, en pourcents

Remarque: il n’y a pas de données représentatives pour les cantons de UR, OW, NW et AI pour les deux categories. En plus, il n’y a pas de données représentatives pour les cantons de GL, BS, SH, AR, GR, VS, NE, GE et JU pour la categorie taux d’étrangers.

Appartenance religieuse
et statut migratoire

 

Religionszugehörigkeit und MigrationshintergrundLes personnes catholiques issues de la migration : des différences entre les régions linguistiques

Les régions linguistiques eux aussi sont diversement concernés par l’immigration (graphique 1.28). Alors que près de la moitié des catholiques de la Suisse italophone et de la Suisse francophone est issue de la migration, ils sont moins dans las Suisse germanophone.

Graphique 1.28: Part des personnes de 15 ans et plus, issues de la migration et ressortissantes d’un pays étranger dans la population résidante catholique en 2016 selon les régions linguistiques, en pourcents