Die Schweizer Bistümer

Les diocèses suisses

 

Die Schweizer Bistümer

Le système dual est caractéristique d’une grande partie de l’Eglise catholique romaine en Suisse

Son système dual est caractéristique d’une grande partie de l’Eglise catholique romaine en Suisse. Ses organes se répartissent en deux domaines ayant chacun ses tâches spécifiques. À côté des instances canoniques (diocèses, paroisses) qui s’occupent d’abord des questions de conduite de l’Eglise, de pastorale, de l’annonce de l’Evangile et des sacrements, il existe des organes de droit ecclésiastique public (communes et corporations cantonales ecclésiastiques) qui se chargent surtout des questions administratives, des finances et de la gestion des biens fonciers et immobiliers.

Die Schweizer Bistümer

La Suisse compte six diocèses et deux abbayes territoriales

La Suisse compte six diocèses et deux abbayes territoriales (St-Maurice et Einsiedeln). Con-trairement à ce qui se pratique dans de nombreux autres pays, les diocèses suisses ne sont pas regroupés en province ecclésiastique mais dépendent directement du St-Siège. Ils collaborent toutefois au niveau des régions linguistiques – pour la Suisse romande au sein de la Conférence des ordinaires de la Suisse romande (COR) et en Suisse alémanique au sein de son pendant, la DOK – et au niveau national, au sein de la Conférence des évêques suisses (CES). Les grands diocèses suisses sont constitués de régions diocésaines et tous sont organisés en décanats, respectivement vicariats (Lugano) regroupant plusieurs paroisses voisines.

Die Schweizer BistümerDes mesures pour restructurer la pastorale paroissiale

Depuis quelque temps, les diocèses suisses sont obligés de prendre des mesures pour restructurer la pastorale paroissiale, à cause du recul du nombre de prêtres. Même si peu de paroisses ont été supprimées pour l’instant, elles sont contraintes à la collaboration. Chaque diocèse suit ici sa propre voie.

Le diocèse de Bâle

 

Die Schweizer BistümerLe diocèse de Bâle : Le plan de développement pastoral

Dans le diocèse de Bâle, les paroisses devront être réunies en espaces pastoraux (« Pastoralräume ») dans le cadre du plan de développement pastoral (PEP) du diocèse. Depuis longtemps déjà, certaines paroisses sont réunies en regroupements pastoraux.

Tableau 2.1: Structure du diocèse de Bâle (2017/2018)

Région/CantonDécanatsEspaces pastoraux déjà instituésEspaces pastoraux en phase de projetEspaces pastoraux planifiésParoissesCommunes ecclésiastiques
Région diocésaine St Urs1115127153190
Argovie698711296
Bâle-Campagne44303393
Bâle-Ville121081
Région diocésaine Ste Vérène103514182171
Berne414004033
Jura210006263
Soleure411148075
Région diocésaine St Victor1324514176148
Lucerne7152810185
Schaffhouse120086
Thurgovie44355147
Zoug13011610
Diocèse de Bâle34741825511509
Remarque: Dans la colonne "Espaces pastoraux déjà institués" , les "unités pastorales" de la partie francophone de la diocèse sont également inclus (10 dans le canton JU et 4 dans le canton BE). Trois paroisses personnelles sont incluses dans la statistique. Source: Diocèse de Bâle; corporations ecclésiastiques cantonales.

Le diocèse de St-Gall

 

Die Schweizer BistümerLe diocèse de St-Gall : regroupements pastoraux

Dans le diocèse de St-Gall, de nombreuses paroisses furent, dans un premier temps, réunies en regroupements pastoraux (« Seelsorgeverbände »). Aujourd’hui, la collaboration entre les paroisses est encore intensifiée par la création d’unités pastorales, dirigées par des équipes pastorales.

Tableau 2.2: Structure du diocèse de St-Gall (2017)

RégionDécanatsUnités pastoralesParoisses dans des Unités pastoralesCommunes ecclésiastiques
St-Gall73012797
Appenzell AR/AI131515
Diocèse de St-Gall833142112
Remarque: In n'existent pas des paroisses personelles dans le diocèse de St-Gall. Source: Diocèse de St-Gall ; corporations ecclésiastiques cantonales-

Le diocèse de Coire

 

Die Schweizer BistümerLe diocèse de Coire : différentes de l’une des trois régions diocésaines à l’autre

Dans le diocèse de Coire, les conditions sont très différentes de l’une des trois régions diocésaines à l’autre. Une modification des structures paroissiales n’a pour l’instant eu lieu que dans une moindre mesure. Dans le diocèse de Coire également, les paroisses sont contraintes à collaborer plus étroitement.

Tableau 2.3: Structure du diocèse de Coire (2017)

RégionDécanatsUnités pastoralesParoisses dans une unité pastoralesParoisses indépendantesParoisses TotalCommunes ecclésiastiques
Région diocésaine Grisons61311712089
Grisons61311712089
Région diocésaine Suisse primitive5719688783
Schwyz225354037
Uri139152425
Obwald1138116
Nidwald112101215
Région diocésaine Zurich/Glaris58168510181
Glaris113586
Zurich4613809375
Diocèse de Coire161638270308253
Remarque: au sens canonique strict, les cantons d’Uri, d’Obwald, de Nidwald, de Glaris et de Zurich ne font pas partie du dio-cèse de Coire mais d’une administration apostolique confiée à l’évêque de Coire, à titre d’administrateur apostolique. Quatre paroisses personnelles sont incluses dans la statistique: les deux missions italiennes de Zurich et de Winterthour et deux paroisses célébrant selon la forme extraordinaire du rite romain, sises à Thalwil et à Oberarth. Source: Diocèse de Coire ; corporations ecclésiastiques cantonales.

Les diocèses de Sion
et de Lugano

 

Die Schweizer BistümerLes diocèses de Sion et de Lugano : collaboration régionale des paroisses

Les diocèses de Sion et de Lugano favorisent le renforcement de la collaboration régionale des paroisses, au sein des structures existantes. Entre-temps, le diocèse de Lugano a réparti ses vicariats en « zone pastorali » et celui de Sion ses décanats en secteurs, dans lesquels les paroisses assument certaines tâches en commun. Dans la partie francophone du diocèse en particulier, la plupart des secteurs sont maintenant dirigés par des équipes pastorales.

Tableau 2.4: Structure du diocèse de Sion (2017)

RégionDécanatsSecteursParoisses
Partie germanophone du diocèse51773
Partie francophone du diocèse71885
Diocèse de Sion1235158
Remarque: Les sept paroisses vaudoises d’Aigle, Bex, Leysin, Roche, Villars-sur-Ollon et Lavey font partie du diocèse de Sion et sont décomptées dans le tableau. Ne sont pas décomptées les cinq paroisses valaisannes qui font partie du territoire de l’abbaye de St-Maurice et la paroisse de St-Gingolph qui appartient au diocèse d’Annecy. Deux paroisses personnelles dans la partie germonophone du diocès sont incluses dans la statistique. Source: Diocèse de Sion.

Tableau 2.6: Structure du diocèse de Lugano (2017)

RégionVicariatsZone pastoraliParoisses
Sopraceneri310143
Sottoceneri316112
Diocèse de Lugano626255
Remarque: Source: Diocèse de Lugano

Le diocèse de Lausanne,
Genève et Fribourg

 

Die Schweizer Bistümer

Le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg :
unités pastorales

Dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, presque toutes les paroisses ont été transformées en unités pastorales, dirigées par des équipes pastorales constituées de prêtres, diacres et collaborateurs laïcs.

Tableau 2.5: Structure du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (2017)

RégionDécanats / ArchiprêtrésUnités pastoralesParoisses
Fribourg6/2°17/3"127+
Vaud**7/2°13/3"47+
Neuchâtel1418+
Genève313""53+
Diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg2153245
Remarque: Anmerkung: SE = Seelsorgeeinheiten / Unités pastorales; ° avec 2 décanats intercantonaux (VD-FR), " avec 3 UP intercantonales, "" sans compter 1 UP multiculturelle, + sans compter les missions linguistiques, **Sans les sept paroisses d’Aigle, Bex, Leysin, Roche, Villars-sur-Ollon et Lavey qui appartiennent au diocèse de Sion. Source: Diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.

Les « missions linguistiques »

 

Die Schweizer Bistümer

Les « missions linguistiques »

Une partie des catholiques vivant en Suisse et issus de la migration reçoit un accompagnement pastoral non pas dans une paroisse territoriale mais dans une « mission linguistique ». La plupart des missions sont responsables pour une région, dans un canton donné. Toutefois, la zone de compétence de certaines missions englobe plusieurs cantons, voire même la Suisse entière, sans s’arrêter non plus aux frontières diocésaines. Le nombre de missions a connu son apogée en 1995 et il recule depuis ; actuellement, on dénombre encore une centaine de missions.

Graphique 2.1: Répartition des missions linguistiques en 2017

Remarque: Les missions catholiques de langue française ne figurent pas dans la statistique. Elles furent créées à l’origine pour les Romands et les Français de Suisse alémanique. Depuis, elles accompagnent des migrantes et des migrants venant de nombreux pays francophones. * Mission spéciale.

Les « missions linguistiques »

 

Die Schweizer Bistümer

Les « missions linguistiques » : diminution du nombre de missions italophones

Cette évolution reflète la diminution du nombre de missions italophones qui constituent aujourd’hui encore près de la moitié des missions linguistiques. Les Croates et les personnes de langue portugaise ou espagnole constituent les autres grandes communautés linguistiques. Certaines missions existent déjà depuis plusieurs générations et la limite entre indigènes et migrants devient donc de plus en plus relative. Toutefois, de par la mondialisation des flux migratoires, le nombre des communautés linguistiques augmente depuis plusieurs années, la population catholique est aujourd’hui plus bigarrée. L’idée qui voulait que l’on institue une nouvelle mission pour chaque communauté linguistique atteint de plus en plus les limites du possible.igkeit.

Graphique 2.2: Evolution du nombre des missions linguistiques (1975–2017)

Remarque: Les critères de détermination du nombre de missions ont changé en 2017 (un nouveau critère veut qu’une mission implique un centre offrant un accompagnement pastoral, financé par une corporation ecclésiastique catholique romaine ou par migratio). Cela rend difficile la comparaison avec les années précédentes.